Eric Sorrel Dejerine Chirurgie plastique et reconstructrice
 
 

 

 

 

Orbite anophtalme

   
  Les patients porteurs d’une orbite anophtalme que nous avons à prendre en charge en chirurgie plastique sont pratiquement toujours des anophtalmies secondaires, après échec ou insuffisance de résultat de la reconstruction initiale (énophtalmie, rétraction des culs de sac palpébraux, ptôsis, creux sus-tarsal supérieur, syndrome de l’énucléé), et ce quelque soit l’étiologie de cette orbite anophtalme (congénitale, traumatique, ou tumorale) et quelque soit la technique initiale utilisée (énucléation, éviscération, exentération).

Le traitement des orbites anophtalmes reste un problème difficile de la chirurgie reconstructrice.
Il fera appel, après un bilan précis, à toutes nos techniques chirurgicales, bien souvent en plusieurs étapes. En règle, la reconstruction osseuse, si nécessaire, sera réalisée en premier (ostéotomie, greffes osseuses, voire biomatériaux).

Puis un implant (polyéthylène poreux : Medpore), le plus gros possible sera placé dans la cavité
et les muscles oculo-moteurs y seront fixés. Une greffe de cartilage ou d’aponévrose viendra le recouvrir pour limiter son risque d’exposition.

Enfin, les fornix seront reconstruits par une greffe de muqueuse buccale ou palatine, afin de permettre l’adaptation d’une prothèse oculaire réalisée par l’oculariste, étape ultime de cette reconstruction.

 

Voir nos cas cliniques